L’Organisation Éternium : sa structure et ses subdivisions

Aller en bas

L’Organisation Éternium : sa structure et ses subdivisions

Message par Sinéad Domnall le Lun 6 Avr - 17:38

S’il existe une faction dont la loyauté est aussi changeante que l’humeur d’une personne, c’est celle connue sous le nom d’Éternium, ou organisation Éternium comme les rapports de l’ancienne démocratie les appelaient, alors qu’ils n’étaient que des marionnettes dansant pour le Consortium. Cette organisation criminelle des plus particulière repose sur un ensemble de professionnels qui peut rivaliser avec les meilleurs du Consortium ou de la résistance pour un peu que l’affrontement se fasse en nombre égal. Si l’organe de commandement se fait sur un division basé sur le sexe des individus, il n’en demeure pas moins que les deux branches collaborent très bien ensemble, ce qui fait la force de l’organisation. Une unique séparation des effectifs permet, selon la philosophie de l’organisation, de limiter la dispersion des ressources et d’augmenter son rendement.


La branche féminine de l’organisation

Surnommées les veuves noires, les mantes religieuses, les anges de la mort et par au moins une demi douzaine d’autres surnoms tout aussi révélateurs, elles ont, pour le moment, la dominance dans la gestion de l’organisation. Si certaines d’entre elles ont une apparence inoffensive, c’est pour mieux prendre leurs cibles par surprise. Qu’on ne se leurre pas : ces femmes sont capables de tuer sans le moindre problème quiconque on leur ordonne de tuer. Véritables amazones des temps modernes, gare à ceux qui feront l’erreur de les sous-estimer. Sous-divisées en plusieurs branches, elles pourraient, comme leur contrepartie masculine, faire un second Éternium avec leur seule moitié de l’organisation.

Espionnage et assassinat : Ces femmes sont de véritables fantômes. Leur nom de code est « banshees » et elles forment environ le sixième de la branche féminine. La compassion ne fait pas partie de leur être mais les morts qu’elles infligent sont toujours pratiquement d’un niveau artistique. Formées à l’art du piratage informatique et de l’infiltration, elles font souvent double mission au cours d’un même contrat et ce quand le sabotage ou le vol ne vient pas s’ajouter à la longue liste des compétences de leur curriculum. Ironiquement, ce sont les plus meurtrières de la branche féminine qui sont également les plus douces et les plus préoccupées du bien être de leurs consœurs.

Logistique et gestion : Il s’agit du second plus gros morceau de la branche (environ le quart) et leur nom de code est « directrices ». Elles ont pour mandat de veiller au recrutement, à la planification et à la supervision du déroulement des missions, de veiller à tenir à jour les listes de personnel et de matériel, de s’occuper de la réaffectation des effectifs bref, toute la partie nerveuse de leur branche. Souvent de véritables machines pendant leur quart de travail, elles sont toutefois les plus portées à la fête quand leur quart se termine. La rumeur veut qu’elles soient plus efficaces que leur équivalent du Consortium ou de la résistance… Mais comment l’humain seul pourrait battre la machine et la génétique? Apparemment, Éternium a ses petits secrets…

Séduction, jeu et extorsion : Leur nom de code, « succubes », est assez révélateur. Ces femmes peuvent mettre n’importe quel homme (ou femme suivant les préférences sexuelles) à genou pour obtenir ce qu’elles veulent et si le Consortium est réputé pour être l’incarnation du vice, ces femmes rivalisent avec les plus corrompus de la dite organisation. Aucun moyen n’est trop extrême ou inconcevable pour obtenir ce qu’Éternium veut. Et pour cette raison, elles sont excessivement dangereuses. C’est la seule branche de la partie féminine d’Éternium qui n’a pas d’équivalent masculin.

Recherche et développement : Cette section n’a pas de nom de code car elle fait partie de l’unique branche mixte de l’organisation. Si le Consortium développe ses technologie et que les résistants on prit la leur de l’ancien gouvernement en grande partie, Éternium lui la vole aux autres factions présentes et la transforme à sa guise. Leur domaine de prédilection reste en chimie et si la cybernétique aide les uns et la génétique les autres, c’est un ensemble de drogues diverses qui augmentent le potentiel des membres de l’organisation. Aucun effet secondaire, indétectable, altérable… Leur arsenal de fioles en tout genre et pour toutes les situations glacerait d’effroi n’importe qui…

Section spéciale : Composée de la matriarche et de sa garde d’élite (dont les membres sont surnommés « valkyries »), il s’agit de la tête de la branche féminine. Encore plus redoutables que leur contrepartie masculine, elles représentent à elles seules le vrai pouvoir de l’organisation et on ne compte plus les cadavres de ceux qui ont tenté de renverser la tendance, tant de sexe masculin que féminin. La « reine de glace », bien que très proche du patriarche, tient à ce que l’on n’oublie pas qui commande. La rumeur voudrait qu’elle et le patriarche soit plus que ce qu’ils n’y paraissent et on dit à voix basse qu’Éternium serait désormais une affaire de famille… Le frère et la sœur régnant sur l’organisation au grand complet et ce pour des décennies au moins…

La branche masculine de l’organisation

Si sa contrepartie féminine est suave et mortelle, la branche masculine elle est brutale et expéditive. À l’image de leur chef, ils ne sont pas réputés pour faire dans la dentelle et encore moins dans la gentillesse. Ils sont restés plus près des anciennes traditions d’Éternium et se comportent plus en terroristes et en destructeur pour détourner l’attention loin, très loin de leurs homologues féminins. Cette redoutable combinaison des deux branches forme un entrelacs mortel dans lequel ils piègent les infortunées victimes sans le moindre scrupule ni le plus petit remord.

Afin de ne pas répéter ici en version masculine toutes les branches énumérées dans la partie féminine, nous ne consignerons ici que la branche exclusive à la section masculine de l’organisation, notoirement reconnue pour ses effusions de sang.

Actions violentes et radicales : On les appelle avec raison les exterminateurs. Quand ils se rendent quelque part, il est rare que le bâtiment lui-même reste debout et intact. Véritables monstres de violence et de brutalité, on raconte que le patriarche en personne est à l’origine de la drogue qui fait de ces gens là des monstres assoiffés de sang qui ne font le focus que sur leur objectif. Le plus terrifiant dans cette affaire est leurs agents dormants : ils ont l’air de simples civils et d’une pression d’un bouton, le composé chimique spécial du patriarche se déverse dans leur cerveau et ils deviennent des brutes sauvages… Physiquement et psychologiquement parlant.
avatar
Sinéad Domnall
Chef suprême, parce qu'elle le vaut bien...

Messages : 83
Date d'inscription : 28/03/2009

Voir le profil de l'utilisateur http://brutopia.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum